Des solutions miracles

Valorisations faibles

Entre Fukushima et surtout la crise des dettes souveraines, l’année 2011 aura été très éprouvante. Avec un peu de recul, on aurait même pu imaginer que la baisse des marchés soit plus importante. La visibilité reste faible pour 2012, on naviguera donc à vue … ne soyez donc pas étonné si dans un tel contexte, je change d’avis concernant des secteurs d’activité ou certains titres. Je m’attends logiquement à un début d’année chahuté avec la menace de dégradation de note de la France par Standard & Poors qui va planer durant les premières semaines sur les marchés parisiens. En cas de dégradation de cette note de 2 crans, le marché pourrait fortement baisser à CT, surtout si l’Allemagne n’était dégradé de seulement un cran. Si c’est un cran, il pourrait monter à CT car je pense que cette news est déjà pricée … mais je peux me tromper… !! J’ai l’impression que nous sommes rentrés dans une nouvelle période. Le modèle économique de la dernière décennie basé sur l’endettement généralisé, semble bien révolu.

Je pense qu’il faut arrêter de croire qu’il y a des solutions miracles à cette crise, les gouvernements n’arriveront à rien car il n’y a pas de solution. Dans ce contexte, il vaut mieux rester très prudent et adopter un biais court-termiste.

Vous trouverez ci-joint, plusieurs listes de titres. Tous ces titres présentent des qualités indéniables avec des valorisations faibles, hormis ceux cités dans le tableau 7 à la santé financière plus fragile. Ces titres ne sont en aucun cas à acheter dans l’immédiat ; ce sont plutôt des titres à avoir dans le viseur en cas de bonnes nouvelles car elles feront partie des premières à repartir en cas de légère embellie. Les valeurs présentées sont en effet les plus sous-valorisées de leur secteur ou les plus solides.

  • Tableau 1 : mes titres préférés du moment.

  • Tableau 2 : les titres sont à travailler lors de tendances fortes qu’elles soient haussières ou baissières (en VAD). Leurs fondamentaux restent excellents.

  • Tableau 3 : les titres me paraissent hors de prix. Des titres comme GEOPHYSIQUE ou JC DECAUX pourraient en faire partie.

  • Tableau 4 : des petites valeurs sous-valorisées mais sur lesquelles il est encore trop tôt pour y revenir. On essaiera de profiter de quelques excès baissiers.

  • Tableau 5 : les biotechs US à suivre.

  • Tableau 6 : des petites valeurs dont le rebond devrait être encore plus long à venir que les titres du tableau 4.

  • Tableau 7 : les titres très spéculatifs. Dangereux car certaines sociétés financières des plus tendues.

Revues de quelques secteurs :

En ce début d’année, les titres qui ont été massacrées durant l’année 2011, pourraient retrouver les faveurs des investisseurs. Je pense notamment à des titres comme PAGES JAUNES, ALCATEL ou VEOLIA ENVIRONNEMENT.

Je pense que le secteur industriel a déjà anticipé dans sa valorisation actuelle un fort ralentissement de l’activité. A la moindre éclaircie, cela pourrait être un des premiers secteurs à rebondir. Des titres comme PEUGEOT sont sur leurs niveaux de la crise de 2008. Les équipementiers auto sont de leur côté mieux armés, avec des situations financières plus solides et des périmètres géographiques qui se sont bien élargis. On notera que le secteur (auto + équipementier) est sous pression depuis quelques séances. Les titres comme PLASTIC OMNIUM ou FAURECIA se rapprochent de nouveau de leurs plus bas annuels.

Le marché parisien n'a pas su sur quel pied danser tout au long de la semaine, dans l'attente du sommet européen, avant d'accueillir vendredi par une forte hausse (+4,75%) les avancées obtenues lors de cette réunion. On l’aura échappé belle !
La zone euro a en effet décidé d'aider les pays les plus fragiles en permettant de recapitaliser directement les banques, sous certaines conditions, via les fonds de secours européens, voire d'acheter directement de la dette publique. Ces mesures viennent accompagner le "pacte de croissance" et l'esquisse d'une union bancaire avec un "superviseur unique".
Coté société, la publication des résultats annuels d’EUROPACORP a pris tout le monde de court puisque la société est redevenu bénéficiaire sur l’exercice 2011-2012 alors que la perte avait atteint 12.5 M€ au S1. Les dirigeants ont affiché de plus un bel optimisme pour 2013, le RN devrait dépasser les 12 M€ … ce qui nous signifierait que le titre serait très sous-évalué car le PER 2013 serait aux alentours de 3-4 ! Idéalement, ce serait intéressant que le titre consolide après sa hausse de 20 % ce vendredi … mais c’est loin d’être fait !
Les SSII OSIATIS et ESR ont annoncé être en négociation exclusive en vue du rapprochement des 2 groupes. Dans un premier temps, OSIATIS va souscrire à une augmentation de capital réservée à 0.5 € pour renforcer la situation financière d’ESR. Cette opération sera ensuite suivie par une OPA à 1.5 €, soit une prime de 190 % par rapport au cours de vendredi d’ESR à 0.53 € ! Il est vrai que le cours d’ESR était tombé à un cours ridiculement bas mais le marché anticipait une faillite qui était lourdement endettée. Cela met aussi en évidence que le secteur des SSII est massacré. Je ne pense pas que cette opération, de taille modeste, soit suffisante pour réveiller le secteur et faire remonter les cours.